Actualité à la Une

EN DIRECT – Attentats de janvier 2015: audience suspendue, reprise prévue jeudi à 9h30

“LES SERVICES D’ÉTAT ONT ÉCHOUÉ”

Le tribunal donne maintenant la parole à Me Isabelle Coutant-Peyre, avocate du principal accusé, Ali Riza Polat.

Dans ce procès, les charges les plus lourdes retombent sur Ali Riza Polat et Mohamed Belhoucine, tous deux poursuivis pour “complicité” de crimes terroristes et condamnés à la réclusion à perpétuité. Seul Ali Riza Polat, un Franco-Turc de 35 ans, est dans la loge, Mohamed Belhoucine faisant l’objet d’un mandat d’arrêt. En détention depuis mars 2015, Ali Riza Polat, qui avait rencontré Amédy Coulibaly dans une ville de Grigny (Essonne), apparaît «à toutes les étapes de la préparation» des attentats, selon les juges antiterroristes. Il est notamment soupçonné d’avoir aidé Coulibaly à obtenir l’arsenal utilisé dans les attentats de l’Hyper Cacher et de Montrouge, mais aussi celui de Charlie Hebdo, commis par les frères Kouachi.

L’avocat d’Ali Riza Polat, Me Coutant-Peyre, présente ses conclusions. En particulier, elle conteste que le procès se déroule au tribunal de justice de la porte de Clichy et non sur l’Ile de la Cité comme cela devrait être le cas pour ce type de procès. “Je ne pouvais pas admettre que la justice soit à géométrie variable”, a déclaré l’avocat.

“Ce qui s’est passé est irréparable. Mais cela aurait pu être évité si les services de renseignement avaient été sérieux. Tout cela ne serait pas arrivé”, déclare l’avocat faisant référence à plusieurs reprises aux “frères Chouaki” (sic) et “Amédy Coulibaly”.

«Je sympathise avec toutes ces souffrances, les souffrances de toutes ces victimes», ajoute-t-elle.

Selon l’avocat, “les services de l’Etat ont échoué”. «Les victimes veulent une vraie justice, cela signifie chercher la vérité. Ce n’est pas la vengeance, la justice, c’est la vérité, la justice», poursuit-elle.

READ  Pierre Simonet, l'un des trois derniers compagnons de la Libération, est décédé à 99 ans

“Je demande des informations supplémentaires aux fins de mettre en accusation les fournisseurs de ces armes comme complicité, car les fournisseurs d’armes, qui sont connus, ne sont pas dans ce procès.”

François Faure

"Fanatique de la gastronomie. Pionnier du voyage. Accro aux zombies. Passionné de bière. Fervent fauteur de troubles. Lecteur. Expert en musique."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer