Actualité à la Une

“Il était évident qu’elle allait y arriver” … Comment Ferro a réussi à surmonter son complexe d’infériorité

Fiona Ferro est désormais la n ° 1 tricolore du circuit féminin. – Rob Prange / Shutterstock / SIPA

  • Fiona Ferro n’a toujours pas perdu de match depuis sa sortie de prison.
  • Longtemps porteuse d’un certain complexe d’infériorité lorsqu’elle enchaînait les éliminations au premier tour de Roland Garros, la Française a su travailler mentalement.
  • Désormais formée par Emmanuel Planque, elle a tous les atouts pour se montrer très haut, peut-être dès cette édition 2020.

A Roland-Garros,

Agenouillez-vous et appelez-la Fiona Djokovic. Comme le serbe, Fiona Ferro est invaincue
depuis la fin de la garde, et encore mieux, puisqu’elle n’a été disqualifiée nulle part sur le chemin. Une confiance galopante et la prophétie enivrante d’Emmanuel Planque, le faiseur de miracles du tennis français, qui préside désormais aux destinées du nouveau numéro 1 tricolore: “J’ai mon avis et je le garderai pour moi mais je ne serai pas étonné que elle gagne de gros tournois et qu’elle est dans le top 5 ».

De notre côté, nous nous sommes même vantés auprès de nos collègues. Demi-finale la semaine prochaine, vous la lirez d’abord ici. Une fugue qui aurait été difficile à justifier il y a deux ans, lorsque la jeune fille semblait rejoindre le long cortège funèbre des espoirs déçus de la formation fabriqué en France.

“Il n’y avait pas vraiment d’attentes pour moi”

«Jusqu’à présent, ces derniers mois et ces dernières années, il n’y a pas eu beaucoup d’attentes pour moi. C’est quelque chose qui va être un peu nouveau. Je ne sais pas comment je vais le gérer », a admis la Niçoise après s’être qualifiée pour le troisième tour. C’est parce que Fiona Ferro a longtemps souffert du syndrome de l’imposteur, malgré ses multiples titres de championne de France dans les catégories jeunes. Ses trois premières invitations à Roland-Garros (2014, 2015, 2017), toutes terminées par des défaites au premier tour, ont longtemps ébranlé un édifice mental encore fragile.

“Ce sentiment d’illégitimité, je l’ai eu quand j’ai eu beaucoup de jokers à Roland et je n’ai pas gagné de match,
se souvenait-elle récemment dans le‘Équipe. J’ai eu un peu de mal à me sentir à ma place. Sur un 25 000 $ à Cherbourg ou ailleurs, vous vous sentirez peut-être moins jugé, décrit-elle. Mais à l’Open d’Australie ou à Indian Wells, de gros tournois, mixtes, avec beaucoup de monde, je me suis un peu concentré sur les yeux des autres. Évidemment, lorsque vous commencez à penser à ce que les gens pensent, cela devient compliqué. “

“Elle a mûri plus tard que les autres”

À l’époque, c’est Pierre Bouteyre, fort de son expérience réussie avec Alizé Cornet, porté à la 11e place mondiale, qui était chargé de décrocher le verrou mental. «Fiona a été en quelque sorte la seule Française à avoir participé au circuit junior de sa génération. Tout son jokers étaient légitimes, sauf qu’elle tombait souvent contre des filles très fortes au tirage au sort. Sa progression a été super linéaire jusqu’à la 250e place mondiale, elle a atteint ce cap assez tôt, mais il est vrai qu’il y a eu un petit arrêt par la suite ».

A 20 ans, Ferro prend alors la décision de la dernière chance : quitte Bouteyre, Valbonnes, ses parents, ses trois frères, pour retrouver la clé au Centre National d’Entraînement à Paris. Avec un certain succès, il faut le reconnaître.

«Dès le départ, j’étais convaincu qu’elle y arriverait et qu’elle serait à ce niveau, voire mieux, juge Bouteyre. Pour moi, c’était une évidence, compte tenu de l’expérience que j’ai eue avec Alizé. Elle avait juste besoin du bon niveau d’équilibre dans sa vie privée, elle a mûri peut-être plus tard qu’elle ne l’espérait mais le potentiel était déjà là. Même quand elle était 250e, je l’ai vue éclater de Mertens ou de Sakkari, elle manquait un peu de continuité, mais ce n’était qu’une question de temps ».

En termes de maturité, Ferro s’est développé soudainement. Alors que tout semblait fonctionner comme sur les patins avec Stéphane Huet, en fin d’année dernière, avec un premier titre et une percée dans le top 50, elle décide de faire un grand balayage. La Française vide son casier et va frapper à la porte d’Emmanuel Planque, pourtant plus habitué à travailler avec des garçons.

Emmanuel Planque séduit par son effectif

Mais l’ancien entraîneur de Lucas Pouille a tout de suite été séduit par l’effectif de Ferro, dont la densité physique nous a époustouflés, l’autre soir à la Centrale. «C’est une sacrée travailleuse acharnée. J’ai travaillé avec beaucoup de garçons et je peux vous dire que Fiona est comme une machine ». Elle peut aligner trois ou quatre heures de formation d’affilée, elle n’a pas de limites. Dessin ? Pendant l’accouchement, la 44e du monde ne passait pas son temps à rêver à la fenêtre. C’était le tennis sur terre battue familiale un jour avec son copain, classé 500e à l’ATP, et une journée dédiée à l’entraînement physique, avec tout ce qu’elle pouvait trouver sous la main. Ceux qui la suivent sur Instagram doivent avoir ressemblé à Captain America début mai.

«Quand je vous ai parlé de son potentiel, c’est une des qualités qui ne trompe pas, confirme Bouteyre. Elle bouge très bien et a toujours très bien bougé. A partir du moment où elle n’est pas blessée, et quand on ajoute ce flash de bras au coup droit, c’est une fille qui peut voyager ». D’autant plus qu’elle a accepté l’idée d’appartenir à ce monde, grâce également au travail de fond entrepris avec Makis Chamalidis, l’homme de la préparation mentale de la Fédération. ” Plus jeune, elle se battait un peu seule, elle était très nerveuse. C’est l’énorme progrès que je vois en elle aujourd’hui, elle a surtout gagné en sérénité, au calme, complète Bouteyre. Le match contre Rybakina, qui remontait une fois sur deux quand elle était jeune ».

“Je peux imposer mon jeu contre n’importe qui”

Son ancienne protégée partage la même analyse: «J’ai changé d’attitude et le fait de croire que je peux vraiment imposer mon jeu contre n’importe qui. Avant, quand je jouais avec des filles percutantes comme Rybakina, je pensais vraiment que j’étais impuissante et le seul moyen d’obtenir des points était de les manquer. Je jouais juste pour les faire rater. Il y a vraiment un grand changement de pouvoir “. Le syndrome de l’imposteur est-il parti pour de bon?” Au cours des deux dernières années, il était un peu moins présent et maintenant il ne l’est plus “. Nous l’avons réalisé.

READ  les représailles de la pomme sont terribles

Alveré Paquet

"Fier zombieaholic. Communicateur amateur. Gamer. Troublemaker. Amateur de musique indépendant."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer