Actualité à la Une

l’assaillant en contact avec un jihadiste russophone en Syrie

11h07: “Malheureusement, il a cédé à cette tentation”

Maître Jacky Attia, avocat de l’un des mineurs mis en examen, souligne sur BFMTV que son “jeune client n’avait jamais vu une somme aussi importante (…) il a malheureusement cédé à cette tentation”.

11h04: Abdoullakh Anzorov en contact avec un jihadiste russophone en Syrie

Abdoullakh Anzorov, soupçonné d’avoir tué Samuel Paty, était en contact avec un jihadiste russophone en Syrie. L’identité de ce djihadiste n’a pas été établie à ce stade. Selon le Parisien, cette personne, localisée grâce à son adresse IP, serait basée à Idleb.

10h02: Caricatures de “Charlie Hebdo” projetées à Toulouse et Montpellier

Lors de l’hommage à Samuel Paty à Paris mercredi soir, les caricatures publiées dans Charlie Hebdo ont été projetées sur les façades d’hôtels régionaux de Toulouse et Montpellier. Certains d’entre eux étaient les mêmes que ceux montrés par Samuel Paty à ses élèves.

«Il ne peut y avoir d’arrangement avec la laïcité, la liberté d’expression et la liberté de conscience qui sont au cœur de notre modèle républicain», a réagi la présidente de la région Occitanie, à l’initiative de la projection, Carole Delga sur Twitter.



Photos Pascal GUYOT / AFP

8h26: “Quand le terroriste a mis cette liasse d’argent dans ses mains, il a complètement tordu”

Charles-Emmanuel Herbière, avocat du lycéen de 14 ans mis en examen, affirme que le jeune adolescent a accepté de désigner l’enseignant par «cupidité». “Il vient d’une famille assez pauvre et, quand le terroriste a mis cette liasse d’argent entre ses mains, il a complètement tordu, il le reconnaît”, a-t-il déclaré sur BFMTV. “Même si son nom n’a pas fui, tout le monde sait qui il est et il sera très difficile de trouver une forme d’anonymat”, a-t-il également indiqué sur CNEWS.

READ  30 Meilleur test Pese Personne Mecanique en 2021: après avoir recherché des options

8h21: A Toulouse, un lycéen mis en examen pour insulte à un enseignant

A Toulouse, un lycéen de 16 ans a été récemment mis en examen pour insulte à un enseignant. La jeune fille ne supportait pas que la question du port du voile soit abordée dans un cours d’éducation civique Rapports RTL. Les faits se sont déroulés une semaine avant l’assassinat de Samuel Paty.

“Le professeur a fait face à un certain nombre d’objections, mais c’était dans le débat du cours. C’est surtout à l’interclasse qu’un élève d’une autre classe est venu insulter, insulter le professeur en question.”, A indiqué Philipe Destable, directeur académique adjoint de la Haute -Garonne.

Jean-Michel Blanquer est revenu ce jeudi matin sur ces faits sur Europe 1: “Il y a des faits de ce type, ils sont rapportés et nous réagissons (…) Le recteur de Toulouse a bien réagi”, a-t-il déclaré. il dit.

6h39: Un “Grenelle de l’éducation” après l’hommage

Jean-Michel Blanquer lance ce jeudi un “Grenelle de l’éducation” censé mettre plus d’enseignants “au centre de la société”.

“Là, nous avons vraiment besoin que la société civile se ressaisisse, nous avons besoin d’un front uni sans démagogie, et il devra passer par nous, par l’Education nationale, par une meilleure prise en compte, car nous sommes au front avec les jeunes”, a déclaré Catherine Prévost-Meyniac, enseignante en éco-gestion venue d’Angers pour assister à l’hommage à Samuel Paty mercredi soir.

READ  Aperçu de l'iPhone 12 et de l'iPhone 12 Pro: nom du blues!

Le Grenelle Education Forum, qui devrait déboucher dans trois mois sur une augmentation des salaires des enseignants voire des mesures de protection supplémentaires, était déjà à l’agenda du ministère. Le Grenelle doit “s’appuyer sur des mots clés, celui de la reconnaissance financière, de la coopération, c’est-à-dire du travail d’équipe, de la modernisation et de la protection”, a détaillé le ministre.



Photo d’illustration Damien MEYER / AFP

6h30: Sept suspects mis en examen, dont cinq emprisonnés

Au terme de leur garde à vue, sept suspects ont été déférés et inculpés, dans le cadre de l’enquête judiciaire ouverte pour “complicité d’assassinat terroriste”, “complicité dans des tentatives d’assassinat terroriste sur une personne responsable de l’autorité publique” et “association terroriste criminelle”. , après l’assassinat de Samuel Paty. Qui sont-ils ?

Ce qu’il faut retenir du mercredi

– Sept personnes ont été mises en examen ce mercredi soir. Les deux étudiants de 14 et 15 ans ont été mis en examen pour “complicité dans un assassinat terroriste”. Placés sous contrôle judiciaire, ils ont été libérés. Brahim C., père d’un lycéen de Conflans-Sainte-Honorine, et le prédicateur islamiste Abdelhakim Sefrioui, qui a lancé la campagne contre Samuel Paty, ont également été mis en examen pour “complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste” et emprisonnés. . Les trois amis d’Abdoullakh Anzorov ont été mis en examen pour “complicité d’assassinat terroriste” pour deux d’entre eux et pour “association de criminels terroristes” pour le troisième. Ils ont également été placés en détention provisoire.

– Lors d’une conférence de presse, le chef du parquet national antiterroriste a fait le point sur l’enquête. Concernant les deux mineurs impliqués, Jean-François Ricard a indiqué qu’ils étaient ssoupçonné d’avoir nommé le professeur d’histoire et de géographie au bourreau de Samuel Paty, alors qu’il quittait l’établissement, en échange d’une somme d’argent (300 à 350 €). Par ailleurs, pour le procureur, “il est désormais clair que l’enseignant a été spécifiquement désigné comme cible sur les réseaux sociaux par des manœuvres et une réinterprétation des faits”, en référence aux messages et aux deux vidéos mis en ligne par Brahim C. et Abdelhakim Sefrioui, qui a dénoncé le cours sur la liberté d’expression donné par Samuel Paty. Enfin, concernant les trois proches d’Abdoullakh Anzorov, deux d’entre eux sont soupçonnés de l’avoir accompagné lors de l’achat de l’arme du crime et de l’avoir conduit à Conflans-Sainte-Honorine depuis Évreux, le jour de l’attentat. Le troisième a été mis en examen “en raison de contacts très étroits et du partage manifeste de l’idéologie radicale” de l’assaillant.

READ  Alvaro Gonzalez (OM) blâme toujours Neymar (PSG) après ses accusations de racisme - Foot - L1 - OM

– Ce mercredi était aussi le jour de l’hommage national, présidé par Emmanuel Macron, qui s’est déroulé dans la cour d’honneur de la Sorbonne, à Paris, en présence de quelques invités, dont des membres de la famille de Samuel Paty. “Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République, de notre volonté de réduire les islamistes, le visage de notre détermination à comprendre, à apprendre, à continuer à enseigner, à être libre”, a déclaré le chef de l’Etat. “Samuel Paty a été tué parce qu’il incarnait la République, la liberté qui se transmet et se perpétue à l’école. Il a été tué parce que les islamistes veulent notre avenir et ils savent qu’avec des héros tranquilles comme lui, ils ne l’auront jamais. Ils séparent les fidèles. et les mécréants, Samuel Paty ne connaissait que les citoyens », a-t-il ajouté.



Photo François MORI / AFP

6h: Suivez l’avancement de l’enquête et toutes les informations concernant l’assassinat terroriste de Samuel Paty.

Alveré Paquet

"Fier zombieaholic. Communicateur amateur. Gamer. Troublemaker. Amateur de musique indépendant."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer