Monde

L’Espagne se tourne vers l’Europe pour survivre à sa pire récession depuis la guerre civile

un hôtel sur la Grand Via, la principale rue touristique de Madrid, le 16 octobre.

Le long de la Gran Via, principale artère touristique de Madrid, la succession de rideaux de fer, abaissés en permanence au-dessus des hôtels, bars ou magasins, témoignent des effets de la pandémie sur l’activité économique de tout le pays. Dans les quartiers populaires, les banques alimentaires sont submergées par ce que les médias appellent “Queues de faim”. Et la dépression a envahi la capitale de fiesta, où la virulence de la deuxième vague de Covid-19 a décidé le gouvernement espagnol de limiter l’accès à la ville, mise à l’abri pendant trois semaines. Cela devrait empirer avec la décision, dimanche 25 octobre, du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez d’instaurer immédiatement un état d’urgence sanitaire et un couvre-feu de 23 heures à 6 heures dans tout le pays. pays, à l’exception des îles Canaries. Mais “L’hibernation de l’économie” n’a pas réussi “Ni pour contrôler la pandémie ni pour éviter la perte de postes de travail”, se plaignent les patrons madrilènes.

Lisez le rapport: Covid-19: à Madrid, la difficulté de fermer la capitale espagnole

Quant à Barcelone, l’autre capitale économique du pays, la situation n’est guère meilleure puisque le gouvernement catalan a ordonné la fermeture de tous les bars et restaurants de la région, le 16 octobre, provoquant des manifestations spontanées. “Vous creusez notre tombe”, s’écrient les restaurateurs, qui prévoient des pertes de 780 millions d’euros.

Près de 100 000 entreprises ont fait faillite depuis le début de la pandémie dans le royaume, selon la Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales (CEOE), malgré les lignes de crédit garanties par l’État mises à disposition par les banques. Et malgré les régimes de chômage partiel qui exonéraient les chefs d’entreprise de charges sociales, 900000 emplois ont disparu, faisant chuter le taux de chômage de 13,6% des actifs en février à 16,2% en septembre (20%, si l’on ajoute les 780000 salariés toujours en chômage partiel ).

READ  Covid-19: La France a-t-elle vraiment les pires chiffres d'Europe?

Un confinement plus long et plus strict

Le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 17,8% au deuxième trimestre. «L’activité des services marchands s’est contractée de 25%, avec des baisses particulièrement importantes dans les secteurs du commerce de détail, des loisirs, de la restauration et de l’hôtellerie, explique l’économiste Ticiano Brunello, du Crédit Agricole. La construction a également reculé de près de 25%, affectée, entre autres, par la suspension des activités non essentielles entre le 29 mars et le 9 avril et une incertitude accrue. “

Vous avez 56,46% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

François Faure

"Fanatique de la gastronomie. Pionnier du voyage. Accro aux zombies. Passionné de bière. Fervent fauteur de troubles. Lecteur. Expert en musique."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer