Actualité à la Une

Lille, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne passeront en zone d’alerte maximale samedi matin, annonce Olivier Véran

Trois jours après l’entrée en vigueur de la fermeture des débits de boissons et des protocoles plus stricts dans les restaurants de Paris, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé, lors de son point hebdomadaire sur la situation sanitaire en France, de nouvelles restrictions dans certaines villes.

Quatre métropoles suivront le même chemin que Paris: Lille, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne. Dès samedi, ces villes passeront en “zone d’alerte maximale”, a décidé le président de la République lors d’un conseil de défense. Ce passage dans la zone d’alerte maximale signifie que les bars fermeront dans ces quatre métropoles samedi. Les restaurants seront soumis à de nouvelles mesures sanitaires.

Les métropoles de Paris, Aix-Marseille et la Guadeloupe restent en alerte. Au-delà des bars et restaurants, le passage à la zone d’alerte maximale signifiait pour Paris la fermeture des foires, salons et cirques, des gabarits plus limités dans les centres commerciaux, grands magasins et amphithéâtres universitaires, ainsi que la fermeture des piscines aux adultes et le maintien portes fermées pour salles de fitness.

Le ministre de la Santé a également annoncé que Dijon et Clermont-Ferrand passeraient samedi dans une zone d’alerte renforcée. Le gouvernement se donne enfin quelques jours pour évaluer la situation à Toulouse et Montpellier. Pour ces deux villes, “Il y aura un passage à un état d’alerte maximum d’ici lundi matin si nous constatons une aggravation”, a déclaré M. Véran.

“Dans les endroits où il circule trop vite, en particulier où il circule beaucoup parmi les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables, et où l’on voit de plus en plus de lits occupés en cas d’urgence, il faut aller vers plus de restrictions”, avait averti Emmanuel Macron, mercredi soir.

READ  la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, défend un assouplissement du couvre-feu pour les spectacles
Lisez le décryptage: bars, fêtes, piscines… quelles restrictions dans votre ville ou département?

En Ile-de-France, une situation déjà très compliquée dans les hôpitaux

Jeudi, le directeur de l’agence régionale de santé (ARS), Aurélien Rousseau, a également fait le point sur la situation en Ile-de-France, précisant que les hôpitaux et cliniques de la région doivent se préparer “Une marée très forte” nouveaux patients atteints de Covid-19. Pour anticiper cela, l’ARS a activé, jeudi matin, le “Plan blanc renforcé”, permettant aux établissements de santé de déprogrammer les activités, “Une décision lourde” qui “Signifie (…) que nous devons mettre toutes les forces dans la bataille”, a-t-il prévenu.

“Ce n’est pas anodin, cela devrait alerter tout le monde sur le fait que l’impact hospitalier est déjà là en réanimation et qu’il sera très puissant sur les autres services hospitaliers”, il a insisté. Mercredi, 2439 «Patients Covid» ont été hospitalisés en Ile-de-France, dont 455 en “Soin critique”, soit plus de 40% des lits de soins intensifs de la région. M. Rousseau a prédit plus tôt cette semaine que le seuil de 50% serait atteint “Dans la prochaine quinzaine”.

Lisez notre enquête: la promesse intenable des 12000 lits disponibles en réanimation

“La pression monte chaque jour”, a assuré Aurélien Rousseau, précisant avoir aussi “A déclenché le système de régulation régional des lits de réanimation” déjà en place lors de la première vague épidémique du printemps. Idem dans les soins de suivi et de rééducation (SSR), là où c’est nécessaire ” faire de la place “ pour les futurs convalescents.

L’ARS aussi “Réactivé ses outils de renforcement des ressources humaines”, même si la situation sanitaire dégradée dans d’autres régions rend la tâche plus difficile. le “Plan blanc renforcé” donc ouvert “Tous les dispositifs qui permettent de mobiliser le personnel”, d’abord via la déprogrammation des activités chirurgicales.

READ  Hamilton en mode fête, Sainz en spoilsport

“Ce n’est pas du tout anodin, ce sont des choix très lourds, qui affectent parfois des patients qui ont déjà subi des reports au printemps (…) ce sont les médecins qui décident, au niveau de chaque établissement”.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le monde avec l’AFP

Alveré Paquet

"Fier zombieaholic. Communicateur amateur. Gamer. Troublemaker. Amateur de musique indépendant."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer