Actualité à la Une

Musulmans en France: Erdogan questionne la “santé mentale” de Macron, l’Elysée en colère

Jusqu’où ira l’escalade? Alors que le torchon brûle déjà entre Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan, le président turc a vivement critiqué ce samedi l’attitude d’Emmanuel Macron envers les musulmans de France. Dans son viseur en particulier, les différentes mesures gouvernementales contre le «séparatisme islamiste».

«Tout ce que l’on peut dire d’un chef d’État qui traite ainsi des millions de membres de différentes communautés religieuses, c’est: passez d’abord les examens de santé mentale», a déclaré Erdogan, dans un discours télévisé à l’occasion du 7e Congrès provincial de la AKP, le parti présidentiel.

Rappel de “consultations” de l’ambassadeur

Des mots “inacceptables”, a réagi l’Elysée en fin de journée. “L’excès et la grossièreté ne sont pas une méthode”, a commenté l’Elysée à l’AFP, annonçant le rappel pour consultations de l’ambassadeur de France à Ankara.

«Nous demandons à Erdogan de changer le cours de sa politique car elle est dangereuse à tous points de vue. Nous n’entrons pas dans des polémiques inutiles et n’acceptons pas les insultes », poursuit la présidence française.

Ce n’est pas la première fois que le président turc s’en prend à son homologue français sur ce registre. Il y a presque un an jour pour jour, Erdogan avait déjà ordonné à Emmanuel Macron de faire «examiner» sa «propre mort cérébrale», dans le cadre d’une passe d’armes autour de l’OTAN.

Plusieurs points sensibles du projet “contre le séparatisme”

Sur la scène internationale, de nombreux dossiers opposent actuellement Ankara et Paris: tensions en Méditerranée au conflit en Libye, en passant par les affrontements au Karabakh … Mais le président turc n’est pas avare non plus des critiques de la politique intérieure française.

READ  Ligue 2: Toulouse bat Auxerre en fin de match (3-1), après onze mois sans victoire - Foot - L2

Il y a deux semaines, Erdogan a dénoncé comme une provocation les déclarations du président français sur le «séparatisme islamiste» et la nécessité de «structurer l’islam» en France.

Il visait notamment le projet de loi sur la lutte contre le «séparatisme» en France, qui sera présenté début décembre. Son objectif, selon l’exécutif, est de renforcer la laïcité et de consolider les principes républicains en France. Il comprend plusieurs points susceptibles de provoquer des tensions avec la Turquie, comme le contrôle renforcé du financement des mosquées ou l’interdiction de la formation des imams à l’étranger.

Critique contre la perquisition d’une mosquée de Berlin

La dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) voulue par le gouvernement après la mort de Samuel Paty, un professeur d’histoire et de géographie de 47 ans décapité devant son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), n Ce n’est probablement pas non plus du goût du président turc. Le collectif est régulièrement accusé de porter un islam politique proche de celui des Frères musulmans (ce qui n’a jamais été prouvé concrètement) dont Erdogan lui-même est très proche.

VIDÉO. Erdogan remet en question la «santé mentale» de Macron

Une semaine après le drame qui a coûté la vie à Samuel Paty “La France note également l’absence de messages de condoléances et de soutien de la part du président turc après l’assassinat de Samuel Paty”, ajoute l’Elysée à ce sujet.

Le président turc, qui défend régulièrement les minorités musulmanes, ne cible pas uniquement la France. Il a critiqué ce vendredi une perquisition de la police allemande dans une mosquée de Berlin. “Je condamne fermement l’opération policière qui méconnaît totalement la liberté de religion et qui entre dans le cadre de l’islamophobie et du racisme qui renvoient l’Europe dans les ténèbres du Moyen Âge”, a déclaré le chef de l’Etat turc sur Twitter.

READ  30 Meilleur test Lampe De Bureau Led en 2021: après avoir recherché des options

Alveré Paquet

"Fier zombieaholic. Communicateur amateur. Gamer. Troublemaker. Amateur de musique indépendant."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer