Sport

Pierre Gasly, héros français du GP d’Italie!

Monza, le temple de la vitesse, sa verdure, son charme … et sa tranquillité. L’image est anormale mais symbolique de la crise sanitaire actuelle et de la dernière porte fermée imposée à la F1: un Grand Prix d’Italie sans tifosi. Au moins, les passionnés de Ferrari n’assistent pas à ce nouveau week-end difficile pour la Scuderia. Avant cette course, la question est avant tout de savoir dans quelle mesure la Mercedes va manger le reste du peloton, car l’équipe allemande semble avoir bénéficié de la suppression des modes moteurs, contrairement à l’effet probable attendu de cette mesure.

Lisez aussi:

Au lendemain des qualifications dominées par la tête et les épaules par les monoplaces noires, Lewis Hamilton est donc parti en pole position avec Valtteri Bottas à ses côtés, et derrière lui les outsiders Carlos Sainz et Sergio Pérez, qui ont réussi à prendre le meilleur. sur le Red Bull de Max Verstappen dans l’exercice du tour rapide. Côté pneus, le top 10 est parti sur pneus tendres, tout comme Esteban Ocon et Charles Leclerc. Daniil Kvyat et Antonio Giovinazzi parient sur les pneus durs, tandis que le reste du peloton part dans les médiums.

Lorsque les lumières s’éteignirent, Hamilton bondit impeccablement pour se rendre à la première chicane sans être menacé. En revanche, le vol est cauchemardesque pour Bottas, tout comme le premier tour au terme duquel il se retrouve sixième. Sainz et Norris n’avaient pas besoin d’être priés et se retrouvaient ainsi deuxième et troisième, devant Pérez et Ricciardo. Toujours en délicatesse, Verstappen est septième.

READ  la réaction de l'entourage de Vinicius après les critiques de Benzema

Pour Ferrari, les problèmes s’accumulent puisque dès le sixième tour, Vettel perd ses freins arrière, au point de tirer tout droit sans même pouvoir éviter les blocs de polystyrène situés à la première chicane. Le quadruple champion du monde se retire, après avoir été éliminé en Q1 la veille. Alexander Albon a pour sa part écopé d’un penalty de cinq secondes après avoir écrasé Romain Grosjean au premier corner.

Grosse erreur chez Mercedes, gros crash pour Leclerc

En tête, c’est le scénario idéal pour Hamilton, qui creuse logiquement et implacablement l’écart avec les McLaren. Cet écart s’évapore lorsque Kevin Magnussen immobilise son Haas en amont de la voie des stands, suite à un problème technique. Alors que nous bouclons le 20e tour, Hamilton plonge dans la pitlane pour son premier arrêt et le passage aux pneus moyens lors de cette neutralisation, tout comme Giovinazzi. Ils sont les seuls à le faire, et pour cause: la voie des stands a été déclarée fermée tandis que la voiture Magnussen est évacuée. Les deux hommes font alors l’objet d’une enquête, tandis que les autres observent leur arrêt une fois la voie des stands rouverte, et juste avant que la voiture de sécurité ne se dégage.

Sur du temps emprunté devant une Stroll qui est la seule à ne pas s’être arrêtée, Hamilton gère la relance. Quelques coureurs ont senti la bonne chose en s’arrêtant avant que la course ne soit neutralisée, dont Pierre Gasly et Charles Leclerc. Le Monégasque, quelques instants après le redémarrage, a été victime d’une violente et rapide sortie de piste en Parabolique. Heureusement, il fait rapidement savoir qu’il est indemne, tandis que le SF1000 est détruit. La voiture de sécurité fait son retour sur la piste, puis la course est interrompue par le drapeau rouge afin de tout remettre en ordre. La sanction tombe à la fois pour Hamilton et Giovinazzi: un stop-and-go de dix secondes.

READ  Victoire pour l'équipe Puccinelli, pas de septième titre pour Marco Foyot

Cette suspension Grand Prix fait l’affaire de Lance Stroll, puis seconde sans s’être arrêtée et autorisée par la réglementation à chausser des pneus moyens neufs pour un second départ. Deuxième départ arrêté, alors que Hamilton a reçu l’ordre de purger sa pénalité dans les trois tours suivant ce nouveau décollage.

Gasly fait rêver la France

Avec 25 tours à faire, une nouvelle procédure de départ, de nouveaux feux avec des pneus durs pour Hamilton et des médiums pour ses poursuivants. Hamilton reste en tête et Stroll perd gros, tandis que Gasly prend la deuxième position devant les deux Alfa Romeo. Le Français se retrouve à la place du conducteur une fois que Hamilton a purgé sa pénalité dans les stands et repart 17e et dernier.

Victime d’un problème technique, Verstappen est retourné au stand pour abandonner 22 tours du drapeau à damier, laissant 16 voitures sur la piste. En tête, Gasly garde la tête froide et n’est pas mis en danger par Räikkönen, qui cède progressivement la place, au point de perdre face à Sainz. L’Espagnol savait qu’il avait une chance de se saisir et s’est lancé dans la bagarre à quatre secondes du leader. Un peu plus tard, Stroll prend également le dessus sur Räikkönen et sort définitivement le champion du monde 2007 du podium provisoire.

Au fil des tours, Gasly a vu Sainz regagner du terrain dixième après dixième. Mais en effectuant la jonction, le pilote McLaren a trébuché et n’a pas réussi à entrer dans la même seconde que l’AlphaTauri pour espérer profiter du DRS, sinon au départ du dernier tour. Le dernier tour a été époustouflant pour les deux hommes, mais le Français a tenu bon jusqu’au bout et est devenu le héros de toute une génération qui n’avait encore jamais vu un pilote français gagner en Formule 1!

READ  OM: remise en question - Autour de l'OM

Stroll complète le podium devant Norris, qui se sera dressé de bout en bout à Bottas. Ricciardo prend la sixième place devant Ocon et Hamilton, auteur d’un bon retour pour limiter les dégâts.

Italie Grand Prix d’Italie

Rolande Desroches

"Travelaholic. Passionné de bacon d'une humilité exaspérante. Gamer. Tombe beaucoup. Étudiant. Praticien de l'alimentation. Amoureux de la bière."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer