Top News

Rennes quitte Lille avec un point et des regrets / Ligue 1 / J1 / Lille-Rennes (1-1) / SOFOOT.com

Au terme d’une rencontre avec deux rouges et qui s’est emporté après l’entrée en jeu de Camavinga, le LOSC et le Stade rennais, qui avait des ballons de trois points en fin de match, n’ont pas réussi à se décider (1 -1).

Lille 1-1 Rennes

Buts: Bamba (40e) pour le LOSC // Da Silva (74e) pour le Stade rennais.

Comme Jean Gabin, il est né le 17 mai. Contrairement à Jean Gabin, il n’a pas une bouchée d’amour, mais Damien Da Silva s’en fiche. Samedi soir, à Lille, le défenseur breton, excellent tout au long de la rencontre et qui a annoncé en fin de semaine être “Sharp comme jamais” , apparut dans la nuit nordiste et vint s’aventurer intelligemment sur une déviation de la tête du non moins brillant Eduardo Camavinga, dont l’entrée en jeu changea complètement le visage de la soirée rennaise. Bingo: Da Silva a secoué les filets de Mike Maignan et a permis au Stade rennais de partir de Pierre-Mauroy avec le minimum: un point. Oui, samedi soir, c’est le LOSC et son public qui peuvent respirer.

Boucherie et Bamba

Si ces derniers s’étaient présentés à Pierre-Mauroy pour voir un Jonathan David bon au service dès le coup d’envoi et pour assister aux premières foulées françaises de Sven Botman, posées par Christophe Galtier aux côtés de José Fonte, ils avaient enfin le droit à un tout expérience différente: un match amusant, rythmé, vivant, mais d’abord vidé des éclats offensifs. Débarqué à cette reprise avec son 4-3-3, testé lors de sa dernière sortie de la saison dernière et qui permet à Steven Nzonzi d’être au centre des affaires, Julien Stéphan a rapidement vu ses hommes imposer à Lille un pressing haut, dont l’objectif était simple: bloquer l’accès à Jonathan Ikoné. Mission réussie: lors du premier acte, l’international français n’avait qu’une dizaine de balles à gérer, où David a eu du mal à se mettre en valeur. Pour le reste, on a surtout vu deux blocs se regarder dans les yeux et deux équipes peinant à se toucher: une frappe de Maouassa a d’abord fait rire Maignan (3e), un autre d’un Raphinha très agité n’a pas effrayé beaucoup plus le portier du nord (13e), tandis que Renato Sanches a complètement gâché la première tentative de Lille en soirée (33e). Puis, ce Lille-Rennes, classique des premiers jours de Ligue 1 (les deux équipes se sont rencontrées samedi pour la cinquième fois du siècle au soir d’un premier jour, NDLR), soudainement monté en température. Au 35e minute, le jeune Sacha Boey a décidé d’envoyer son crampon dans le temple de Reinildo avant d’être expulsé et de sortir sur une civière, le breton latéral droit tombant sur la tête suite au contact. Huit minutes plus tard, probablement encore secoué, Reinildo s’est fâché à son tour et a coupé Raphinha: une attaque punissable là aussi logiquement par un rouge. Mais pourquoi tant de haine alors que quelques minutes plus tôt, Xeka a offert un amour d’ouverture en profondeur à Jonathan Bamba, qui n’a pas perdu de temps pour ouvrir le score et marquer son premier but en Ligue 1 en un an?

READ  L'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes a été prolongée jusqu'au 30 octobre, selon Jean Casteks.

Un Camavinga, ça change ta vie

Première certitude: le LOSC a été bien payé dans sa première période. Deuxièmement: le deuxième acte a été aussi agréable que le premier – à l’échelle des matchs post-accouchement – et Raphinha a même ramené des bonbons sept minutes après l’entracte, l’ailier droit rennais s’amusant avec Bradarić avant de buter sur Maignan (52e). Nice, Julien Stéphan jetait alors Eduardo Camavinga sur la pelouse, tandis que Christophe Galtier voyait Botman sauver une tête de Del Castillo qui tournait vers le but (66e). Nouvelle alerte quatre minutes plus tard alors que sur un centre de Flavien Tait, Camavinga a raté sa récupération et le cadre (70e). Puis, la sanction: à un quart d’heure de la fin, l’espoir international français, auteur d’une entrée en jeu complètement délirante et qui a pris les reins de Renato Sanches, est venu à la tête d’un corner sous le nez de José Fonte, et Damien Da Silva, XXL samedi soir, s’est levé pour égaliser logiquement (1-1, 74e). Dos au mur et dépourvu de ballon suite à l’entrée de Camavinga, Galtier a ensuite tenté de déplacer ses gars et a ramené Soumaré au milieu, mais aussi Araujo devant, dont le missile a frôlé le but de Mendy (84e). Un leurre: la deuxième période était aux mains du Stade rennais, qui aurait pu décrocher trois points si la reprise de Terrier, déclenchée sur un nouveau débordement de Maouassa, n’avait pas bouclé sa course sur le poteau de Maignan. (85e). Les regrets seront bretons.

Lille (4-4-2): Maignan – Çelik, Fonte, Botman, Reinildo – Sanches (Soumaré, 84e), Xeka (Bradarić, 46 anse), André (Yazici, 90 anse), Bamba – Ikoné (Araujo, 83e), David (Yılmaz, 64 anse). Entraîneur: Christophe Galtier.

READ  La famille de Breonna Taylor tuée par la police reçoit 12 millions de dollars d'indemnisation

Rennes (4-3-3): Mendy – Boey, Da Silva, Aguerd, Maouassa – Martin (Soppy, 42 anse), Nzonzi, Bourigeaud (Camavinga, 64e) – Raphinha (Del Castillo, 64 anse), Niang (Tait, 64 anse), Terrier. Entraîneur: Julien Stéphan.

  • Résultats et classements de la Ligue 1

    Par Maxime Brigand

  • François Faure

    "Fanatique de la gastronomie. Pionnier du voyage. Accro aux zombies. Passionné de bière. Fervent fauteur de troubles. Lecteur. Expert en musique."

    Articles similaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Bouton retour en haut de la page
    Fermer
    Fermer