World

sans poison identifié, il n’y a pas d’empoisonnement, selon le Kremlin

Le Kremlin, face aux appels occidentaux à mener une enquête transparente, a insisté mercredi 26 août sur le fait qu’il ne pouvait pas considérer que l’opposant Alexei Navalny était empoisonné tant qu’une substance spécifique n’avait pas été identifiée.

«Nous ne sommes pas du tout d’accord à ce stade avec les diverses formulations hâtives largement utilisées pour dire qu’il existe une forte probabilité d’empoisonnement.», A noté Dmitri Peskov, porte-parole du président Vladimir Poutine lors d’un briefing avec des journalistes. “Comment parler d’empoisonnement s’il n’y a pas de poison?“, il ajouta.

Les médecins allemands soignant l’adversaire à Berlin ont annoncé qu’il avait été empoisonné par “une substance du groupe des inhibiteurs de la cholinestérase», Mais sans pouvoir préciser lequel. Alexei Navalny, qui s’est fait un nom en enquêtant sur la corruption de l’élite russe et de ceux autour de Vladimir Poutine, était inquiet dans un avion en Sibérie la semaine dernière.

Son entourage a immédiatement dénoncé l’empoisonnement et s’est battu pour un transfert médical en Allemagne, soupçonnant des médecins russes d’essayer de dissimuler le crime. Réagissant aux appels lancés par l’Occident pendant trois jours en faveur d’une enquête transparente, Dmitri Peskov a jugé que «n’était pas une prérogative de l’administration présidentielle, du Kremlin»Mais la police.

Aucune enquête en Russie

Aucune enquête n’a été ouverte en Russie, malgré une demande en ce sens également de proches d’Alexey Navalny. Néanmoins, Dmitri Peskov, qui ne prononce jamais publiquement le nom de l’opposant, a affirmé que la Russie “car tout le monde avait clairement intérêt à comprendre ce qui plongeait le patient traité dans une clinique berlinoise dans le coma».

READ  "Je n'ai pas peur du Covid-19", assure le philosophe André Comte-Sponville

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, sont les derniers responsables occidentaux à exhorter la Russie à enquêter après Berlin, Paris et Washington. En Russie, un homme d’affaires controversé, connu pour être proche de Poutine et en conflit avec Alexeï Navalny, lui a promis de “se ruiner»L’opposant dans le cadre d’une procédure de litige concernant une entreprise de restauration. “Si Navalny rend son âme à Dieu, je n’ai pas l’intention de le persécuter dans ce monde (…) S’il vit, il devra répondre avec toute la rigueur de la loi russe.“, A déclaré Evguéni Prigojine, soupçonné d’être lié à un”usine de trollQue Washington accuse d’ingérence électorale, et au groupe opaque de mercenaires Wagner.

Marian Dufour

"Lecteur général. Webaholic. Passionné de médias sociaux. Subtilement charmant ninja de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer