Économie

six mois de réflexion pour revoir les tarifs TGV

La SNCF se donnera six mois pour réfléchir à une refonte de la tarification des TGV, souvent perçue comme trop chère par les voyageurs, a déclaré vendredi son PDG Jean-Pierre Farandou. “Il y a cette perception du TGV cher qui nous colle comme un plâtre, quand ce n’est pas vrai. Mais c’est comme ça, cette perception est là», A reconnu Jean-Pierre Farandou sur Radio Classique. “C’est un sujet sur lequel nous devons travailler, car il ne permet pas de reconquérir les clients«Ce qui a en partie déserté les trains avec la crise des coronavirus, a-t-il noté.

«Le moment est peut-être venu de revoir en profondeur (la) logique de tarification“de”la gestion du rendement“- un système inspiré de l’avion adopté par la SNCF au début des années 1990, qui fait varier les prix en fonction du taux de fréquentation et du remplissage des trains – a noté Jean-Pierre Farandou.”Honnêtement, je n’ai pas les réponses», A-t-il répondu, interrogé sur ce que pourrait être la nouvelle politique tarifaire.

“L’objectif est de reconquérir les clients”

«Nous nous donnons six mois pour voir clairement les changements profonds que nous pourrions apporter à notre politique tarifaire», A expliqué le patron du groupe public, précisant qu’il avait chargé le PDG de la SNCF Voyageurs (la filiale qui fait circuler les trains), Christophe Fanichet, de réfléchir à la question. “L’objectif est très clair, c’est de reconquérir des clients. Nous n’avons pas assez de monde dans nos trains», A-t-il souligné.

Si les TGV – les trains sur lesquels la SNCF libère sa marge – sont correctement remplis le week-end, ils sont encore trop vides en semaine, a-t-il déploré, annonçant “nouvelles offres, peut-être plus globales, avec service»Destiné aux clients professionnels.

READ  MARKET POINT-Rebond des actions en vue en Europe dans l'attente du PMI

En plus de cette nouvelle tarification, Jean-Pierre Farandou compte également sur les nouveaux TGV commandés à Alstom, qui arriveront en 2024, pour reconquérir des clients. “Nous devons trouver des espaces qui correspondent aux ambiances que nos clients souhaitent“, A-t-il noté, évoquant le”espaces zen” OMS “a très bien fonctionné dans iDTGV»(Ancêtres des TGV Ouigo low-cost). “Nos trains doivent être modulaires«Pour pouvoir créer des espaces et les adapter en fonction de la demande, a-t-il noté.

“VOIR ÉGALEMENT – Covid-19: comment la SNCF désinfecte ses trains?

Yseult Sauveterre

"Fier lecteur. Troublemaker. Gamer. Organisateur. Créateur total. Fanatique de bière."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer