Monde

Espagne, Allemagne, Italie… Où sont les mesures sanitaires chez nos voisins européens?

En Espagne, un décret impose l’extension des mesures drastiques à tout Madrid, malgré l’opposition des autorités régionales, tandis qu’à Bruxelles, le masque n’est plus obligatoire en extérieur.

Ces dernières semaines, l’Europe a connu une augmentation de la contamination par le coronavirus Sars-CoV-2, notamment en France et en Espagne, où les autorités ont décidé d’imposer une fermeture à Madrid après une longue impasse avec les autorités locales.

Côté français,“le gouvernement doit pouvoir prendre les mesures complémentaires nécessaires en fonction de l’évolution de l’épidémie”, a prévenu Emmanuel Macron, mercredi 30 septembre. Des mesures drastiques, telles que la fermeture de bars et restaurants pendant deux semaines, ont déjà été imposées à la métropole d’Aix-Marseille et de la Guadeloupe, placée en alerte maximale. Des décisions qui suscitent la colère de certains restaurateurs.

Une semaine après ce tour de vis contesté en France, où sont nos voisins européens? Ont-ils également appliqué de telles mesures? De l’Espagne au Royaume-Uni, en passant par la Belgique, l’Allemagne et l’Italie, franceinfo fait le point.

En Espagne, les madrilènes n’ont plus le droit d’entrer ou de sortir de leur quartier

Les autorités ont décidé d’imposer la fermeture de Madrid et des communes environnantes, dans un décret publié jeudi au Journal officiel. Ce décret s’étend à toute la capitale, peuplée de 3,2 millions d’habitants, les mesures déjà en vigueur depuis une semaine dans les zones de la région les plus touchées par le virus. En effet, leLe taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de cas pour 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours, dépasse les 700 dans la région de Madrid, contre près de 300 au niveau national, ce qui est déjà un record au sein de l’Union européenne.

Concrètement, le décret interdit aux habitants de Madrid d’entrer ou de sortir de leur quartier, sauf pour des raisons de première nécessité: aller au travail, aller chez le médecin ou emmener leurs enfants à l’école. Les habitants peuvent, en revanche, se déplacer librement dans leur quartier et ne sont donc pas confinés chez eux, comme ce fut le cas au printemps.

L’annonce, qui intervient après une confrontation de deux semaines entre le gouvernement central de gauche et l’exécutif régional de droite, a été immédiatement rejetée par ce dernier. Mais malgré le refus de Madrid et d’autres régions, ces mesures sont obligatoires dans les 48 heures, selon le décret. “Je ne prévois pas” que la région de Madrid ne peut pas appliquer ces mesures, a indiqué le ministre de la Santé, Salvador Illa, décrivant la situation de “complexe et dérangeant” dans une région qui compte 43,7% des nouveaux cas du pays.

READ  Plus de 5000 animaux retrouvés morts dans un entrepôt, enfermés dans des colis

La pandémie a causé plus de 31 000 décès en Espagne, le pays qui compte actuellement le plus grand nombre de cas par rapport à sa population dans toute l’Union européenne.

Au Royaume-Uni, les pubs et restaurants ferment à 22 h

Le Royaume-Uni intensifie ses actions locales pour tenter de contrôler la propagation du virus, qui a déjà tué plus de 42000 personnes, le bilan le plus lourd d’Europe. Les responsables de la santé britanniques ont reconnu mercredi que le taux d’infection était “pas sous contrôle”.

Le gouvernement a décrété jeudi de nouvelles restrictions locales à Liverpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre. “A Liverpool, le nombre de cas est de 268 pour 100 000 habitants, nous devons donc agir ensemble”Le ministre de la Santé, Matt Hancock, a déclaré au Parlement. Dans cette région de 1,5 million d’habitants, il est prié de ne pas recevoir de visites à son domicile. Il est désormais recommandé de ne pas assister à des événements sportifs, de se rendre dans des maisons de retraite ou de faire des déplacements non essentiels.

De telles restrictions étaient déjà entrées en vigueur mercredi dans une partie du nord-est de l’Angleterre. Ils s’ajoutent à ceux déjà valables pour toute l’Angleterre, qui stipulent que les pubs, restaurants et bars doivent fermer à 22 heures et que les réunions sont limitées à six personnes, à l’intérieur et à l’extérieur. Au total, ils concernent plus d’un quart de la population britannique.

De plus, depuis le week-end du 26 septembre, les étudiants testés positifs au coronavirus ont l’obligation de s’isoler de leurs camarades de classe. A Glasgow, en Écosse, dans la résidence universitaire de Cairncross House, 600 étudiants sont confinés et 172 d’entre eux ont été infectés, a récemment rapporté France 2.

“L’augmentation des nouvelles infections a peut-être ralenti, ce qui suggère que les efforts de contrôle de l’infection fonctionnent.”Le professeur Paul Elliott, qui dirige une étude sur Covid-19 à l’Imperial College de Londres, a déclaré jeudi. Il prévient cependant que “la prévalence de l’infection est la plus élevée enregistrée à ce jour”. Le gouvernement britannique espère toujours éviter une reconfiguration nationale.

En Allemagne, la stratégie se développe
“régionalement”

Les grands rassemblements étaient déjà interdits jusqu’à la fin de l’année en Allemagne, mais le gouvernement a décidé d’aller plus loin: après une réunion avec les chefs de gouvernement des 16 États de la région, la chancelière Angela Merkel a appelé mardi à de nouvelles mesures restrictives.

READ  L'ouragan Laura fait 14 morts aux États-Unis

En particulier, il a décidé de limiter le nombre de participants aux soirées dans les espaces publics et privés en fonction de l’évolution des infections à coronavirus. Les Länder où 35 nouveaux cas d’infection sont enregistrés pour 100 000 habitants pendant sept jours devront imposer une limite de 50 participants pour une fête dans un espace public ou une salle de location. Pour les réunions privées, ce sera “expressément conseillé” ne pas dépasser 25 personnes, a détaillé la chancelière.

Angela Merkel a cependant souligné à l’issue de cette réunion que la reprise de l’activité économique et l’évitement “à tout prix«Les nouvelles mesures de fermeture sont une priorité pour les autorités.

A ce stade, la résurgence de l’épidémie en Allemagne est moins marquée qu’en France, au Royaume-Uni ou en Espagne. Les dernières données disponibles montrent 2089 infections supplémentaires sur 24 heures. «Nous avons beaucoup appris et bien traversé l’été, mais nous savons qu’une période plus difficile nous attend, automne et hiver, et une résurgence progressive – voire significative dans certaines régions – du nombre d’infections est préoccupante, a déclaré le chancelier à la presse. Nous voulons agir de manière régionale, spécifique et ciblée plutôt que de fermer tout le pays, nous devons éviter cela à tout prix. “

En Belgique, le port du masque n’est plus obligatoire à Bruxelles et Namur

Depuis lundi, les bars et cafés bruxellois ferment leurs portes à 23 heures, dans le cadre de nouvelles mesures restrictives. En revanche, depuis jeudi, et contrairement à ses voisins, le gouvernement a décidé de ne plus imposer le port de masques à l’extérieur sur le territoire de la région bruxelloise, alors qu’il était obligatoire depuis le 12 août. zones de circulation, commerces et lieux publics fermés, à proximité des écoles et “lorsque les distances de sécurité ne peuvent être garanties”, explique le site officiel Info Coronavirus.

Même chose à Namur (chef-lieu de la région wallonne), où le maire, Maxime Prévot, a supprimé l’obligation de porter un masque dans le centre-ville. Cette mesure est également en vigueur depuis jeudi. “Il n’y a aucune raison de continuer à imposer des mesures homogènes sur un territoire qui présente une situation épidémiologique hétérogène. Et reconnaissons que dans ce domaine, le nôtre est jusqu’à présent plus préservé que d’autres”, a expliqué Maxime Prévot au RTBF. Le port d’un masque restera cependant “obligatoire pendant les marchés, les marchés aux puces et certains événements d’envergure”, indique les médias belges.

READ  Présidentielle américaine: le débat contre Biden annulé, réunion de Trump lundi

Ces décisions d’assouplir le port des masques interviennent alors que le pays, l’un des plus endeuillés par la pandémie en Europe, a fait 10 000 morts mercredi. Le nombre quotidien de décès a augmenté depuis le début du mois, passant de trois à sept ou huit en moyenne ces derniers jours, les personnes âgées ou en santé fragile étant de plus en plus nombreuses parmi les malades.

En Italie, les étudiants doivent porter le masque à partir de 6 ans

Durement touchée au printemps, l’Italie semble relativement épargnée par la reprise de l’épidémie de Covid-19, notamment parce que le pays a pris des mesures drastiques. Contrairement à la Belgique, le pays a renforcé l’obligation de porter un masque. Elle est imposée depuis le 16 août sur tout le sol italien, de 18h à 6h, dans tous les lieux publics où le “formation de groupe” peut arriver. Dans la région de Naples et dans le centre de Gênes, le masque est même obligatoire 24 heures sur 24. Les foules sans masque sont punies d’une amende de 400 euros.

Les enfants âgés de 6 ans et plus sont également tenus de porter des masques à l’école, et le gouvernement a promis de distribuer 11 millions de masques gratuits chaque jour aux enfants et aux enseignants.

Dans les restaurants, des mesures de température sont systématiquement effectuées à l’entrée et les clients doivent déclarer leur identité. “A chaque table, les clients doivent remplir un formulaire avec nom, prénom, numéro de téléphone, afin de pouvoir être identifiés si nécessaire”, explique Giacomo Rech, restaurateur, à franceinfo.

En outre, “Les transports publics ont fait l’objet de précautions particulièrement strictes, avec une capacité maximale réduite à 20% ou 50%, selon qu’il s’agit de trains régionaux ou nationaux”, indique Le parisien.

Les chiffres de mercredi sont toutefois préoccupants, puisque l’Italie a enregistré 2 548 nouveaux cas de contamination au cours des dernières 24 heures. Il s’agit d’une augmentation de plus de 2 000 nouveaux cas en une journée, pour la première fois depuis la fin avril. Les scientifiques estiment que les trois prochaines semaines seront cruciales pour analyser la circulation du virus et déterminer si l’Italie sera épargnée ou non par une deuxième vague majeure, après avoir été l’un des pays les plus durement touchés d’Europe, avec 35851 morts depuis le début de l’épidémie.

François Faure

"Fanatique de la gastronomie. Pionnier du voyage. Accro aux zombies. Passionné de bière. Fervent fauteur de troubles. Lecteur. Expert en musique."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer