La technologie

le compte à rebours est lancé pour une grande première sur Bennu

Quatre ans que la sonde Osiris-Rex est partie rejoindre l’astéroïde Bennu. Dans moins d’un mois maintenant, il devrait toucher le sol pour collecter quelques échantillons de roches et les ramener sur Terre. Une grande première!

L’objectif principal de la mission Osiris-Rexconsiste à prélever au moins 60 grammes d’échantillons de roche à la surface duastéroïde Bennu. Dans quelques semaines maintenant, la sonde va atterrir pendant quelques secondes sur le sol de l’astéroïde et ramasser des roches et de la poussière. Ceux-ci seront ensuite ramenés au Terre. Une grande première!

Et pour commencer le compte à rebours, le Nasa révèle aujourd’hui quelques détails de la mission qualifiée de Posé-décollé (TAG), comprenez “Touchez puis partez”. Le 20 octobre 2020, les manœuvres d’approche apporteront Osiris-Rex sur le site de Rossignol, une zone rocheuse de 16 mètres de diamètre dans lehémisphère nord de Bennu.

Rappelons que ce site a été sélectionné car il contient la plus grande quantité de matériau à grains fins non obstruée. Malheureusement, il est également entouré de roches de la taille d’un bâtiment. La sonde Osiris-Rex, de la taille d’un fourgon, doit donc y atterrir avec prudence.

Seulement 16 secondes sur la surface de Bennu

L’opération de collecte devrait durer quatre heures et demie. La sonde doit d’abord quitter son orbite, à 770 mètres de la surface duastéroïde Bennu. Après quatre heures de descente et à une altitude de 125 mètres, Osiris-Rex entamera une manœuvre pour ajuster sa position et son la vitesse. Et arrivant à 54 mètres, environ 11 minutes plus tard, il ralentira sa descente et ciblera son point d’atterrissage sur l’astéroïde.

READ  Keynote iPhone 12 et iPhone 12 Pro: résumé des annonces d'Apple

Osiris-Rex restera sur la surface de Bennu pendant seulement 16 secondes. Duazote en dessous de pression libéré à ce moment soulèvera les matériaux de la surface qui seront ensuite pris dans la tête du collecteur d’échantillons de la sonde. Celui-ci aura été déployé au préalable, pendant la phase de descente. Puis le propulseurs sera déclenché et Osiris-Rex s’éloignera de l’astéroïde à une distance de sécurité.

Ces manœuvres seront effectuées de manière totalement indépendante. Car au moment du TAG, Osiris-Rex et Bennu seront à 334 millions de kilomètres de la Terre. Et il ne faudra pas moins de 18,5 minutes pour que les signaux nous parviennent. Dans ces conditions, il est impossible de contrôler directement la sonde.

Navigation et retour automatiques des échantillons

C’est sur un système de navigation baptisé Suivi des caractéristiques naturelles (NFT) que la sonde appuiera. Les images capturées en temps réel seront comparées à un catalogue d’images. De quoi lui permettre, en fonction des caractéristiques de surface identifiées, de s’assurer qu’il est sur la bonne voie. D’autant que le système NFT est équipé d’une cartographie des dangers du Rossignol ce qui devrait lui éviter tout dommage.

Le 22 octobre, la caméra SamCam d’Osiris-Rex capturera des images de la tête du collecteur d’échantillons pour s’assurer qu’elle contient le matériau de surface de Bennu. Deux jours plus tard, c’est le Masse de ces échantillons qui seront vérifiés. Si la collecte réussit, les échantillons seront placés dans la capsule de retour. Sinon, une nouvelle tentative peut être faite sur le site d’atterrissage d’Osprey, au plus tôt en janvier 2021. Le retour d’échantillons sur Terre est prévu le 24 septembre 2023, le désert d’Utah (États-Unis).

Marian Dufour

"Lecteur général. Webaholic. Passionné de médias sociaux. Subtilement charmant ninja de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer