Sport

Neymar, le racisme, Puma, un départ, la sélection… Alvaro en dit toujours plus

Même si la polémique avec Neymar lui a beaucoup fait mal, Alvaro Gonzalez a su tirer un avantage: il était en pleine lumière médiatique. Ce qui vaut par exemple d’être interviewé par le quotidien AS et pas seulement de parler de son histoire avec l’attaquant du PSG. Voici des morceaux sélectionnés de son interview.

“Je ne veux pas parler de l’absence de sanction contre Neymar. Tout ce qui m’intéressait, c’est que je sois sorti de cette histoire en blanc. Je passe le meilleur temps de ma carrière de joueur.. La L1 me convient à merveille parce que C’est assez physique. Puma? Ils ont essayé de me parler. Mais tout ce que je leur ai dit, c’est que je voulais qu’il s’excuse. Il ne l’a pas fait. Il n’y avait rien de plus à dire. Ils craignaient bien sûr plus pour Neymar que pour moi. “

VOIR AUSSI: TOUTES LES ACTUALITÉS DE L’OM

Il a réfléchi sur le départ de Zubizarreta

“J’ai eu une réunion avec les supporters marseillais. Nous vivons dans une ville où l’on ne peut pas être raciste. Des gens de partout y vivent, je voulais être silencieux à ce sujet. Je voulais aussi savoir si j’avais le soutien. du club, des supporters et de la ville. Après, j’étais plus serein. “

«Cet été, si Villas-Boas était parti, nous aurions dû parler. Le club avait une option d’achat pour moi mais si les deux personnes qui m’avaient amené étaient parties, j’aurais dû discuter avec leurs remplaçants. ce qui est clair c’est que je suis heureux à Marseille, je joue le meilleur football de ma carrière. Je me sens aimé, ce qui est important pour donner le meilleur de soi. Mais il aurait été difficile de perdre Zubizarreta et Villas-Boas, qui m’ont donné toute la confiance du monde. “

READ  "La Ligue et les autres clubs doivent beaucoup à Al-Khelaïfi"

Il pense à la sélection

“J’ai toujours rêvé de jouer pour l’équipe nationale. Maintenant, je me trouve dans cette période d’une carrière où j’ai des chances d’aller. Le club m’a rendu si heureux quand il m’a dit que j’avais été présélectionné. Je ne le fais pas. pensez à l’Euro, mais si je continue à bien travailler, il y aura des possibilités. J’ai eu deux rêves l’année dernière: me qualifier pour la Ligue des champions et être sélectionné. J’ai d’abord, je l’ai atteint. En tant qu’Espagnol, jouer l’Euro avec la sélection serait ma plus grande fierté. “

Raimunde Michaud

"Pionnier des médias sociaux. Passionné de voyages hipster. Lecteur. Analyste impertinent. Explorateur."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer