Monde

au procès Charlie, souvenirs de Sigolène Vinson, épargnés par les frères Kouachi

Au cours de la cinquième journée du procès des attentats de janvier 2015, Sigolène Vinson, épargnée par les frères Kouachi, a raconté dans un récit détaillé les dernières minutes de ses collègues et amis de Charlie Hebdo.

Sigolène Vinson est celle qui a été épargnée par les frères Kouachi ce matin en janvier 2015. Cinq ans et demi après les attentats, l’ancien chroniqueur judiciaire de Charlie Hebdo s’est éloigné des tribunaux et tente de se calmer dans le sud de la France. De retour au tribunal, elle a témoigné mardi devant la cour d’assises spéciale des derniers instants de ses collègues et amis, lâchement tués par les terroristes.

“J’attendais de recevoir une balle”

«Le 7 janvier 2015, il faisait froid et gris», commence-t-elle au bar. Le livre Soumission par Michel Houellebecq, la montée de l’extrémisme, le départ des jeunes Français en Syrie: Sigolène Vinson se souvient des sujets débattus en conférence éditoriale, quelques instants avant que tout ne change. Soudain, “Nous avons entendu les premiers coups de feu. J’ai croisé le regard de Charb et je pense que Charb l’a compris.”

“Franck s’est levé. Il a dit qu’il ne fallait pas bouger de façon anarchique. Et j’ai bougé de façon anarchique”, poursuit-elle, en larmes. L’odeur du sang et de la poudre à canon, le bruit des armes, le nuage de fumée … Sigolène Vinson raconte avec précision ces longues minutes d’attaque.

Alors qu’elle se réfugie au fond de la salle, un profond silence envahit la rédaction. Et puis, le bruit des pas s’approchant du muret derrière lequel elle s’est réfugiée. “J’ai lâché prise dans ma tête, j’attendais d’être abattu, j’étais prêt à mourir.” Le tueur, cependant, décide de l’épargner.

READ  Le Portugal est partiellement reconfiguré à partir de mercredi

La culpabilité du survivant

“Il m’a demandé de me calmer. Il m’a dit qu’il m’épargnait parce qu’il ne tue pas de femmes, et que puisqu’il m’épargne, je dois lire le Coran”, poursuit-elle. à un rythme soutenu.

Alors que l’agresseur s’éloigne, elle voit le corps de Mustapha Ourrad, le correcteur de Charlie Hebdo. “Son sang était déjà presque noir.” Aujourd’hui, l’ancienne chroniqueuse est “certaine” que ses collègues ont compris ce qui leur arrivait. “Peut-être qu’ils n’ont pas souffert mais ils ont compris.”

Depuis, Sigolène Vinson tente de se reconstruire, souffrant de troubles du sommeil. Elle répond par l’affirmative lorsque le président lui demande si elle souffre toujours de “culpabilité de survivant”. Alors que son père a survécu à un attentat à la bombe dans les années 1980 à Djibouti, elle explique qu’elle “a grandi avec l’idée que les attaques ne sont pas nécessairement arrivées aux autres”.

Ancien avocat, le survivant a mis longtemps à devenir partie civile: “Je me considère toujours comme un avocat. Et c’est difficile en tant qu’avocat d’être victime”, souffle Sigolène Vinson.

«Je crois en la justice, j’attends donc que la justice fasse son travail», a-t-elle enfin déclaré, lors de cette cinquième et éprouvante journée d’audience.

Par Alexandra Gonzalez, Cecile Ollivier et Esther Paolini

Marian Dufour

"Lecteur général. Webaholic. Passionné de médias sociaux. Subtilement charmant ninja de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer