science

Comment le coronavirus remet-il en question le prix de la vie?

Puisque nous devons maintenant «vivre avec le virus», Debate Time reprend la conversation globale ouverte à la veille de l’endiguement. Tous les vendredis, sur le site et à l’antenne, un dialogue s’installe entre artistes, intellectuels, de France et d’ailleurs, pour nous aider à comprendre ce qui nous arrive.

Depuis le début de l’enfermement, l’équipe du Temps du Débat a rassemblé sur le site France Culture plus de soixante-dix textes d’écrivains, d’artistes ou d’intellectuels du monde entier qui nous ont donné leur point de vue sur la crise. En cours. Cette saison, cette conversation se poursuit tous les vendredis. Nous vous invitons à lire la contribution de la semaine, signée par l’un de nos invités, Vladimir Pinheiro Safatle: “Le Brésil, cette terre des morts sans larmes”. Professeur de philosophie à l’Université de Sao Paulo, il s’intéresse aux inégalités de traitement dans son pays le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde par Covid-19 (en nombre de décès).

Il dialoguera ce soir avec le médecin et anthropologue Didier Fassin, professeur à Princeton et titulaire de la chaire de santé publique au Collège de France, du prix de la vie telle qu’elle a été transformée par la pandémie. Dans son livre Life, un guide de l’utilisateur critique, Didier Fassin nous a parlé de l’appréciation et de la dépréciation des vies en fonction des circonstances sociales et économiques.

La crise a mis en évidence dans certains pays la volonté de protéger la vie à tout prix tandis que dans d’autres, les dirigeants ont refusé de fermer l’économie pour empêcher la propagation du virus.

READ  Covid-19: on vous dit tout sur les nouveaux tests antigéniques pour détecter le virus

La France, le Brésil mais aussi les Etats-Unis seront donc au cœur de notre discussion ce soir dans le Conversation globale Temps de débat.

Alveré Paquet

"Fier zombieaholic. Communicateur amateur. Gamer. Troublemaker. Amateur de musique indépendant."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer