Monde

Covid-19: La France a-t-elle vraiment les pires chiffres d’Europe?

Santé

STATISTIQUES – Avec plus de 42 000 cas enregistrés quotidiennement ces trois derniers jours et même 45 000 ce samedi, la France a battu le record du nombre de tests positifs en Europe en 24 heures. Comment l’expliquer?

C’est un record absolu en Europe. Avec 42 032 nouvelles infections à Covid-19 vendredi, plus de 45 000 ce samedi, la France a enregistré le plus grand nombre de cas sur le continent depuis le début de la pandémie. Pourtant, ailleurs en Europe, le virus continue de se propager. Trafic si important que les restrictions se multiplient, allant même jusqu’à l’emprisonnement en Irlande et au Pays de Galles. Alors pourquoi, en termes de nombre de cas, la France agit-elle comme un mauvais élève?

Pour Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, la France ne mérite pas forcément de porter le bonnet d’âne. “Dans tous les pays d’Europe, le nombre de cas est sous-estimé, explique-t-il au LCI. “À moins de procéder à un dépistage national massif, personne n’identifie les cas complètement asymptomatiques”, il continue. Selon lui, le nombre de cas détectés ne reflète pas nécessairement le niveau de circulation du virus. «Quand on dit qu’il y a 42 000 cas dans la journée en France, c’est parce que 42 000 personnes ont été testées positives aux tests PCR. Mais si nous avions réalisé dix fois plus de tests, peut-être en aurions-nous. Trouvé beaucoup plus. “

“On ne peut pas comparer le nombre de cas en Belgique et en France”

En ce sens, nous comparer à nos voisins européens semble complexe, car “tous les pays n’ont pas la même politique de réalisation des tests”, précise Philippe Amouyel, selon qui la comparaison doit plutôt se faire sur des éléments fixes: “Le nombre d’admissions en réanimation, le nombre d’hospitalisations et de décès”. Mais ces données, qui sont clairement en augmentation en France, présentent un inconvénient. Ces indicateurs arrivent “à la fin de la propagation du virus”, note le professeur de santé publique, depuis les admissions à l’hôpital, et a fortiori les décès ne surviennent que plusieurs semaines après la contamination.

READ  Ankara annonce une extension de ses recherches de gaz en Méditerranée

Lire aussi

Connaître le “vitesse du trafic” virus, et ainsi le confronter à d’autres pays européens, “il ne faut pas comparer le nombre de cas détectés, mais plutôt les relier à des dénominateurs pour normaliser” données, précise Philippe Amouyel. “On ne peut pas comparer le nombre absolu de cas en Belgique, 11 millions d’habitants, à celui de la France, 67 millions.”

Le taux d’incidence en France, pas le plus élevé d’Europe

Un indicateur pourrait permettre de mieux évaluer la circulation du virus et de la comparer à nos voisins: le taux d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants). Selon Santé publique France, il s’élevait, le 19 octobre, à 241,8 dans l’Hexagone. S’il est supérieur à celui enregistré au Royaume-Uni (178,1) ou en Espagne (160,7), les autres pays proches de nous font moins bien. La Belgique (468,1), les Pays-Bas (311,2) et surtout la République tchèque (533,1) déplorent un taux d’incidence encore plus élevé.

Toutes les infos sur

Covid-19: la France face au rebond de l’épidémie

Les dernières informations sur l’épidémie de Covid-19

Mais pour Philippe Amouyel, “il faut surtout regarder la manière dont les tests sont effectués”. Ceux-ci peuvent être “Diagnostique”, en ne dépistant que les personnes présentant des symptômes, mais pouvant également prendre en compte les cas de contact. France, il permet à tous ceux qui le souhaitent de se faire tester. “Aujourd’hui, nous n’avons ni les chiffres ni les outils épidémiologiques à comparer” effectivement entre les pays, poursuit-il. “Idéalement, un dépistage de la population devrait être effectué”, comme ce que le Royaume-Uni a fait. Faire “une enquête sur un échantillon représentatif pour savoir combien de personnes sont positives au temps T”, L’Angleterre a récemment assuré que “5,5 personnes sur 1 000” y sont contaminés, nous a récemment dit l’épidémiologiste Catherine Hill.

READ  "Ce qui est impressionnant, en Biélorussie, c'est que ce peuple s'est révélé au monde en même temps qu'il se révélait à lui-même"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Erdogan invite Macron à “se faire soigner”, l’Élysée dénonce “des propos inacceptables”

Covid-19: La France a-t-elle vraiment les pires chiffres d’Europe?

Covid-19: pourquoi les masques en tissu ne sont plus populaires auprès des Français

EN DIRECT – 45 422 nouvelles contaminations en 24 heures: vers des mesures plus strictes que le couvre-feu?

MAP – Voici la liste des 54 départements actuellement sous couvre-feu

François Faure

"Fanatique de la gastronomie. Pionnier du voyage. Accro aux zombies. Passionné de bière. Fervent fauteur de troubles. Lecteur. Expert en musique."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer