World

15 ans après les événements, le verdict du procès de l’assassinat de Rafic Hariri

Épilogue d’une affaire de 15 ans, le verdict du Tribunal spécial pour le Liban dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri est attendu le mardi 18 août. Quatre suspects, tous soupçonnés d’être liés au Hezbollah, sont jugés par contumace pour leur rôle dans l’attentat de Beyrouth qui a coûté la vie à 22 personnes et fait 226 blessés le 14 février 2005.

La tragédie avait provoqué une vive émotion au niveau international, conduisant à la création d’un tribunal spécial par l’ONU le 30 mai 2007. Dans le viseur des enquêteurs, le “Parti de Dieu“Jamais reconnu la légitimité de cet organisme mis en place (TSL) aux Pays-Bas, arguant que l’institution ne valait pas la peine”absolument rien“à ses yeux. Cependant, l’accusation considère que Rafic Hariri”a été perçue comme une menace sérieuse par les prosyriens et les pro-Hezbollah“. Ces derniers, cependant, ont toujours revendiqué leur innocence dans cette affaire.

Dans cette action extraordinaire lancée en 2011 avec la publication des premiers actes d’accusation, le TSL s’assure que 297 témoins ont été entendus, 3 131 pièces ont été déposées et 1 532 décisions ont été rendues. En 2015, le Magazine du New York Times a estimé le coût du financement international (dont la France fait partie) de l’organisation à 500 millions de dollars. Selon leur prédiction, l’investissement dans ce dernier approcherait désormais le milliard. Initialement prévu pour le 7 août 2020, le verdict a finalement été reporté en raison de l’explosion au port de Beyrouth survenue 3 jours plus tôt et du deuil national déclaré consécutif par les autorités libanaises.

READ  Le Premier ministre Shinzo Abe a l'intention de démissionner pour des raisons de santé

Le jour où le Liban a tremblé

L’attaque spectaculaire contre l’ancien Premier ministre Rafic Hariri est pour beaucoup de Libanais ce que l’assassinat de Kennedy était pour les Américains: tout le monde se souvient de ce qu’il a fait lors de ce fatidique 14 février 2005. Le multimilliardaire sunnite, qui incarnait l’ère de la reconstruction d’après-guerre civile. (1975-1990), a été tué le jour de la Saint-Valentin par une camionnette chargée d’explosifs visant son convoi blindé.

Dans l’élégant quartier hôtelier du centre-ville de Beyrouth, l’explosion a provoqué des flammes de plusieurs mètres de haut, soufflant les fenêtres des immeubles dans un rayon d’un demi-kilomètre. Au volant d’une camionnette blanche chargée de deux tonnes d’explosifs, le kamikaze s’est stratégiquement stationné pour attendre le convoi, qui venait de quitter le Parlement pour se rendre à la résidence Hariri.

A 12 h 55, le détonateur s’est déclenché, une seconde après le passage du troisième véhicule, une Mercedes S600 que Rafic Hariri conduisait lui-même. De nombreuses personnes ont cru en un tremblement de terre. Tout Beyrouth a entendu ou senti l’explosion, qui a laissé un cratère d’au moins dix mètres de diamètre et deux mètres de profondeur.

Un policier libanais sur le site de l’explosion qui a coûté la vie à 22 personnes, dont Rafic Hariri, le 14 février 2005. JOSEPH BARRAK / AFP

Rapidement, la nouvelle tombe. L’ancien Premier ministre, qui a rejoint l’opposition en 2004, est l’un des 22 morts. Des gardes du corps ont également été tués. Illustrant l’ampleur de la dévastation dans le centre-ville, les restes d’une victime ne seront retrouvés qu’après 17 jours. Et 226 personnes ont été blessées.

READ  sans poison identifié, il n'y a pas d'empoisonnement, selon le Kremlin

Quatre suspects ont essayé, le “cerveau“Décédé

Quinze ans plus tard, quatre hommes présumés proches du Hezbollah sont donc jugés par contumace. Malgré l’attente des victimes et de leurs proches, l’ancien Premier ministre et son fils Rafic Hariri Saad Hariri en tête, le verdict rendu à 11h heure française par le TSL n’est peut-être pas l’aboutissement de cette affaire. Un avocat, interviewé par le journal libanais L’Orient-Le-Jour , estime qu’en cas d’appel, le procès pourrait durer encore 2 ans. Selon lui, ce mardi le Tribunal spécial de l’ONU pour le Liban ne se prononcera que sur la culpabilité ou non de l’accusé.

(De haut en bas) Moustafa Badreddine, Salim Ayyash, Hussein Oneissi et Assad Sabra. Tribunal spécial pour le Liban / VIA REUTERS

Le premier suspect, Salim Ayyash, 56 ans, est accusé d’avoir dirigé l’équipe qui a mené l’attaque. Les dirigeants qui sont accusés de lui sont “la commission d’un acte de terrorisme“, aussi bien que “l’homicide intentionnel de Rafic HaririEt 21 autres personnes. Il est également accusé de “tentative d’homicide intentionnelSur 226 personnes, selon le site TSL. Dans une autre affaire, le tribunal l’a accusé en 2019 de “terrorismeEt meurtre pour trois attentats meurtriers contre des politiciens libanais en 2004 et 2005.

Hussein Oneissi et Assad Sabra, âgés respectivement de 46 et 43 ans, sont soupçonnés d’avoir transmis à la chaîne d’information Al Jazeera une vidéo revendiquant l’assassinat de Rafic Hariri pour le compte d’un groupe fictif. Ils sont notamment accusés par le TSL de “complicité dans la commission d’un acte de terrorisme“Mais aussi”complicité d’homicide intentionnel<<. Hussein Oneissi est également soupçonné d'avoir recruté un islamiste libanais, Ahmed Abu Adass, et de l'avoir aidé à enregistrer la fausse vidéo de la plainte. La plupart des preuves recueillies contre M. Oneissi reposent sur des enregistrements de téléphones portables ou des cartes SIM utilisées pendant l'attaque.

READ  L'adversaire russe Alexey Navalny est sorti du coma artificiel et "réagit à la parole"

Enfin, Hassan Habib Merhi, 54 ans, fait l’objet d’accusations similaires pour “complicité dans la commission d’un acte de terrorisme” ou “complicité d’homicide intentionnel».

Un cinquième suspect, Moustafa Badreddine, soupçonné d’être le “cerveauDe l’attaque du 14 février 2005 a été déclarée morte par le mouvement chiite en 2016. L’ancien chef militaire du Hezbollah a été, selon son organisation, tué dans une attaque près de l’aéroport de Damas. À l’époque, le “Parti de Dieu“, Militairement impliqué dans le conflit syrien aux côtés du régime, avait accusé des islamistes extrémistes”takfirisPour avoir mené l’attaque, qui n’a jamais été revendiquée et dont les circonstances restent un mystère à ce jour. La même année, le TSL a annoncé qu’il ne continuerait pas le procès de Badreddine, estimant qu’il avait “preuve suffisante»Confirmant sa mort.

Marian Dufour

"Lecteur général. Webaholic. Passionné de médias sociaux. Subtilement charmant ninja de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer