La technologie

Test de la Huami Amazfit Stratos 3: une montre de sport accessible et cohérente

Dans la lignée de l’Amazfit GTS, l’esthétique de la Stratos 3 ne reflète pas son placement de prix. Ici, pas de boîtier carré d’inspiration californienne, mais un design beaucoup plus classique. On retrouve un boîtier circulaire (48,6 x 13,4 mm, 40 g) en acier inoxydable et plastique. La lunette s’avère être en céramique. L’écran tactile est recouvert d’une couche de Gorilla Glass 3 qui le rend résistant aux chocs. Le boîtier est également étanche jusqu’à 5 ATM. Cela signifie qu’il est possible de porter sa montre lors d’une activité de natation récréative, mais pas de jet ski ou de surf par exemple. À l’arrière, l’Amazfit Stratos 3 abrite les électrodes chargées de charger la montre ainsi que le moniteur de fréquence cardiaque. Sur le bord droit, nous trouvons non pas deux mais quatre boutons en acier inoxydable. Enfin, le bracelet en silicone se porte bien, s’adapte à toutes les circonférences de poignet et n’irrite en aucune façon, même humide.

La Stratos 3 propose une dalle de 1,34 pouces pour une définition de 320 x 320 px. Cela occupe 70% de la façade du boîtier. Écran tactile, cet écran utilise la technologie transflective TFT qui constitue la première limite de cette montre. S’il offre une réflectance quasi nulle et une lisibilité irréprochable, il implique un sacrifice esthétique important. En effet, le contraste est mauvais et la dalle, non contente de ne pas être agréable à l’œil, s’avère longue lorsqu’elle est relâchée, avec un retard tactile parfois exagéré.

L'arrière du boîtier Stratos 3.

L’arrière du boîtier Stratos 3.

L’interface du Stratos 3 est basée sur deux éléments. On a ainsi la possibilité d’utiliser l’écran tactile, ou les quatre boutons positionnés sur le bord droit du boîtier. Si vous avez lu la partie de ce test consacrée à l’ergonomie et au design, vous pouvez déjà imaginer que nous avons très vite opté pour la deuxième option. L’écran n’est pas très réactif, on en vient souvent à se demander si le geste a bien été pris en compte.

Alors effaçons l’interface de cette montre grâce aux boutons. Aux extrémités supérieure et inférieure, nous trouvons deux boutons poussoirs. Le premier valide lorsque le second revient. Les deux boutons centraux, fonctionnant par paires, permettent la navigation vers le haut ou vers le bas. Dans certaines situations, il sera nécessaire de valider un choix en cliquant directement sur la dalle. A ce moment, la fameuse lenteur de l’écran refait surface et gâte une dynamique numérique bien huilée.

Les menus du Stratos 3.

Les menus du Stratos 3.

Comme d’habitude pour ce type d’appareil, appuyer sur le bouton du haut depuis l’écran d’accueil vous amène au menu de démarrage d’une activité physique. Celui-ci s’avère complet. Par défaut, 19 activités sont préenregistrées. On retrouve des activités classiques comme la course à pied, la marche, le vélo, la natation en piscine mais aussi l’aviron, le ski, le triathlon, le tennis, la corde à sauter, le football ou encore la natation en eau libre. . Et il est toujours possible d’ajouter directement du poignet, parmi les 80 sports enregistrés. Notez qu’il est possible de configurer des programmes d’intervalles depuis l’application Zepp liée au téléphone.

Depuis l’écran d’accueil, appuyer sur la touche «retour» vous donne accès au menu général de la tocante. Ceci est présenté sous la forme d’une liste d’icônes. Il donne accès à de nombreuses informations, qu’il s’agisse de fréquence cardiaque actuelle, de suivi du sommeil, de météo, de charge d’entraînement ou de contrôle de la musique – entre autres exemples.

L'affichage des notifications sur la Stratos 3.

L’affichage des notifications sur la Stratos 3.

Il est également possible d’utiliser les boutons centraux haut / bas pour naviguer. Vers le haut, on trouve un écran permettant de contrôler les modes avion, ne pas déranger, économie d’énergie, ainsi que la luminosité de l’écran ou les paramètres. Ceux-ci sont plutôt complets. En appuyant sur le bouton du bas de l’écran, nous accédons à différents écrans affichant la météo, la musique stockée, le sommeil ou la surveillance de la fréquence cardiaque.

Malheureusement, il est parfois nécessaire de passer par l’écran tactile. Afin d’accéder rapidement au contrôle de la musique, pour prendre cet exemple, vous devez faire glisser votre doigt de gauche à droite sur l’écran. Ecart important, il faut réveiller l’écran avant de pouvoir le rendre tactile. Pas assez pour offrir une navigation fluide, alors.

Les prévisions météorologiques.

Les prévisions météorologiques.

De plus, la musique est contrôlée sans trop de latence et l’affichage des notifications est agréable. La majorité des applications sont compatibles avec la Stratos 3 et l’écran de 1,34 pouce permet à de nombreux caractères d’apparaître. Il est ainsi facile de consulter ses messages directement sur le poignet. Malheureusement, le rétroéclairage met parfois beaucoup de temps à s’activer, gênant encore une fois la fluidité de la manœuvre, notamment dans l’obscurité. Enfin, pas de solution de paiement au poignet dans le paysage.

L’Amazfit Stratos 3 se synchronise avec l’application Zepp disponible sur iOS et Android. Ceci est généralement résumé et se compose de trois éléments différents. Le premier offre un aperçu des données collectées par la montre: il y a un rapport quotidien de l’heure du sommeil, du nombre de pas ou encore de l’évolution de la fréquence cardiaque.

Dans la deuxième partie, Zepp donne accès aux différentes options et réglages. Application générique de la société Huami, elle propose ainsi de nombreux paramètres sans rapport avec les montres. Cependant, il est possible de configurer vos réveils, sorties sportives et sessions à intervalles, cadrans de montre, notifications ou encore les différents Widgets.

Enfin, la troisième et dernière partie concerne le profil de l’utilisateur. Il donne accès à quelques paramètres supplémentaires, parfois redondants, concernant la montre et permet de mettre à jour sa tocante.

L’évaluation des activités physiques est terminée. Il est possible d’accéder aux courbes détaillées des différentes séances et de jolies cartes pour observer le déroulement de son parcours.

En tant que bonne montre de sport, la Stratos 3 intègre un GPS et un moniteur de fréquence cardiaque. Il peut également stocker de la musique. Il ne manque plus qu’une solution de paiement interne et l’expérience sportive sans smartphone serait complète.

Le GPS, en revanche, fonctionne assez bien, avec une mise en page réaliste. Le cardiofréquencemètre, quant à lui, offre des résultats mitigés. Ainsi, lors d’une activité douce, la fréquence cardiaque reste excellente. La marge d’erreur par rapport à une ceinture pectorale Polar H10 reste d’environ 3%. En revanche, lors d’un exercice fractionné, les résultats sont beaucoup moins convaincants. Ayant du mal à se calibrer aux variations brutales de la fréquence cardiaque, la montre propose une courbe qui n’est pas très cohérente avec la réalité. Dommage pour une montre axée sur le sport.

Enfin, comme la majorité des montres connectées actuelles, la Stratos 3 propose une surveillance du sommeil. Celui-ci est réussi, avec des horaires cohérents et précis. Pourtant, il est encore trop facile de piéger la montre, en s’allongeant dans son lit au réveil par exemple.

READ  Le top de la semaine pour un forfait mobile de 80 à 100 Go

Marian Dufour

"Lecteur général. Webaholic. Passionné de médias sociaux. Subtilement charmant ninja de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer